Une destinée

Déc 18, 2022 | Petites histoires

amies lectrices, amis lecteurs, cette semaine voici un texte que j’avais écrit il y a plusieurs années, suite à une émission dont le contenu m’avait impressionnée. c’est une histoire vraie, bien que les noms ne le soient pas.

Dans les années 80, Agnès et Francis, qui ne pouvaient avoir d’enfant décidèrent d’adopter. Ils s’adressèrent à une agence française et la dame qui les reçut leur expliqua alors que leur demande aboutirait plus rapidement s’ils acceptaient un enfant étranger ; elle avait d’excellents contacts avec une agence péruvienne et se faisait fort de réaliser leur rêve de devenir parents dans les plus brefs délais. 

Agnès et Francis acceptèrent avec reconnaissance et effectivement, quelques temps plus tard, ils s’embarquèrent pour l’Amérique du Sud. Leur voyage ne dura pas longtemps ; ils revinrent après une semaine avec une petite fille d’un mois à peine, ayant reçu le prénom de Doris, mais qu’ils choisirent de renommer Céline.

Ils élevèrent la petite avec amour, sans rien lui cacher de ses origines. L’enfant montra tout de suite beaucoup d’intérêt pour le Pérou et les conditions de vie là-bas, aussi déclara-t-elle un jour à ses parents, alors qu’elle avait environ dix ans, que plus tard lorsqu’elle gagnerait sa vie, il lui plairait de venir en aide à une famille péruvienne.

Très touchés par la sensibilité de leur fille adoptive, Agnès et Francis décidèrent de lui offrir un voyage dans son pays d’origine pour ses 18 ans.

Lorsque Céline atteignit cet âge, elle était tombée amoureuse et préféra partir en camping avec son chéri, qu’elle ne quitta plus après ces premières vacances. Ils s’installèrent ensemble et ils attendirent bientôt un heureux évènement.

Alors que cette question ne l’avait pas troublée jusque-là, les circonstances de sa propre naissance envahirent son esprit après avoir donné le jour à sa fille. En elle s’opéra même une véritable révolution. Elle se mit à penser à celle qui l’avait mise au monde, à se demander si elle l’avait aimée, pourquoi elle l’avait abandonnée etc.

Ce cheminement l’obséda tant qu’elle finit par lâcher son compagnon, ses études et partit à Paris, sa fille sous le bras, bien décidée à rejoindre la communauté péruvienne.

Elle y apprit l’espagnol et y rencontra Fernando, dont elle tomba amoureuse. Par chance, le frère de son nouvel amoureux travaillait à la police de Lima. Comprenant son obsession de découvrir ses origines, Fernando lui proposa de demander à son frère d’effectuer des recherches pour retrouver sa famille.

Peu de temps plus tard, les nouvelles qu’ils reçurent du Pérou la bouleversèrent. Le frère de Fernando avait retrouvé sa mère biologique, laquelle n’avait jamais abandonné sa fille. On la lui avait volée.

Céline, avant de s’envoler pour retrouver sa famille, partit s’enquérir auprès de ses parents adoptifs. Savaient-ils qu’il s’agissait d’un trafic d’enfants ? ceux-ci ignoraient tout et croyaient adopter légalement. L’argent qu’on leur avait réclamé alors, ils avaient sincèrement cru qu’il s’agissait de frais liés aux soins hospitaliers. Cette nouvelle les bouleversa également.

En Amérique du Sud, Céline découvrit sa nombreuse famille ; elle fut accueillie comme une reine. Sa mère lui apprit alors qu’elle ne l’avait jamais oubliée et avait fêté chaque année son anniversaire. Ce qui était arrivé autrefois ; c’est qu’elle s’était retrouvée seule peu avant d’accoucher d’elle, son mari l’ayant quittée. Elle avait été contrainte d’accepter l’aide d’une association pour mères célibataires, car elle n’avait aucune ressource. Dans cette association, on l’avait abritée, nourrie, puis elle avait accouché, entourée de soins. Il y avait de soi-disant assistantes sociales, mais elle apprit plus tard que c’était une famille de malfaiteurs qui faisait passer ses filles pour telles. Son bébé lui a été enlevé sous prétexte d’être mis à l’abri de maladies contagieuses qui risquaient d’infecter les nourrissons

Elle-même a dû quitter le foyer et elle téléphonait pour prendre des nouvelles jusqu’au jour où plus personne ne répondait à ce numéro. La fausse association de bienfaisance avait déménagé sans laisser d’adresse.

Ce ne fut qu’un an plus tard qu’elle comprit ce qui s’était passé, car plusieurs mères avaient été ainsi abusées, 26 en tout, et l’affaire fit grand bruit dans les journaux.

Ensuite, les deux familles de Céline-Doris firent connaissance, se rencontrèrent plusieurs fois au Pérou comme en France et sympathisèrent. Les deux mères étant intelligentes, il n’y eut de rancune, ni d’un côté ni de l’autre. La mère péruvienne se montra reconnaissante du fait que sa fille ait été élevée par des parents aimants, elle avait tout imaginé et craignait le pire. Elle comprit qu’ils n’étaient pas coupables et avaient eux-aussi été dupés. Agnès et Francis étaient consternés par ce vol à leur insu, mais très heureux que leur Céline-Doris ait retrouvé sa famille péruvienne.

De plus, celle-ci put tenir l’engagement qu’elle avait pris à dix ans. Comprenant que son jeune frère avait des capacités, mais était peu soutenu à l’école publique, elle finança ses études, avec l’accord de sa mère biologique, pour qu’il puisse aller à l’université. Il fit des études d’économie en France, apprit le français et se montra très reconnaissant envers sa grande sœur, sans qui sa vie aurait été toute autre.

À propos de l’Auteure

Delphine croit en l’amitié et aux valeurs sincères, elle adore la Nature, les animaux et les sorcières, se passionne pour l’Histoire et toutes les bonnes histoires. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog

Dans la même catégorie…

Astucieux

Astucieux

C’est l’histoire d’un vieux couple, marié depuis 45 ans. Ils vivent paisiblement dans un coin...

le cadeau

le cadeau

Un jeune, homme, tout ce qu’il y a de plus correct, voulait acheter un cadeau de noël à sa...