Vacances

Mai 15, 2021 | Petites histoires

Nous y voilà enfin ! Après avoir (avec bien du mal) bouclé nos valises, on est dans ce train. Il est bondé, on a dû se séparer, j’ai ma valise sur mes genoux mais bon : on est assis.

Arrivés à l’aéroport, on cherche la borne qui concerne notre vol. Elle est à l’autre bout de la salle, facile à repérer : quelques centaines de personnes attendent déjà… c’est drôle on avait pourtant pris un train plus tôt pour arriver en avance !

Une bonne heure plus tard, dûment munis de nos cartes d’embarquement, on se dirige vers le contrôle douanier. Avec notre plus beau sourire, nous nous présentons un à un… rien n’y fait ; le groupe y passe : ouverture des sacs, fouille corporelle légère.

Cela donne un sujet de discussion et de plaisanterie pour l’heure suivante, passée à attendre dans la zone d’embarquement.

Notre avion est prêt. Dernier contrôle ; méli-mélo devant l’hôtesse, bien que celle-ci ait clairement énoncé l’ordre d’embarquement. Tout le monde veut passer en premier ! Dire que les places à l’arrière sont réputées être les plus sûres !

A l’arrivée, nouvel encombrement pour sortir de l’avion. Ensuite, trouver un taxi pour se rendre en ville n’est pas une mince affaire ! Après en avoir vu bon nombre nous filer sous le nez, nous nous rabattons sur la navette, que nous rejoignons à pied 500 mètres plus loin. La foule est déjà là. Nous manquons la première et parvenons à entrer dans la suivante, une demi-heure plus tard. On est debout, mais tous dedans !

Arrivés à la gare, on n’est pas tous d’accord sur le métro à prendre pour se rendre à l’hôtel. Une certaine tension se fait sentir : il est largement passé midi et les estomacs protestent. On embarque enfin et cela aurait été juste, si on n’avait pas loupé notre sortie et été obligés de revenir à pied ! Enfin, ça c’est pour une partie d’entre nous, les autres ont préféré reprendre le métro en sens inverse. On est tous arrivés à peu près en même temps à l’hôtel. C’est vrai que sur Internet, il avait l’air plus classe, mais bon ! On est contents d’être arrivés.

Découverte de nos chambres : elles ne ressemblent en rien à celles que l’on voyait sur le site de l’hôtel : plus petites, moins lumineuses, le couvre-lit ne paraissait pas si vieux et le tapis pas si miteux. La salle de bain est minuscule ; on peut tout juste fermer la porte quand on s’assied sur le w-c ! Et il y a un petit plus pour une des chambres ; un roulement se fait entendre et sentir (vibrations) toutes les quinze minutes environ ; nous sommes juste au dessus de la ligne de métro !

Nous repartons dare-dare à l’assaut de la Ville et, après nous être restaurés dans une sandwicherie toute proche, nous commençons par le musée « qu’il-ne-faut-absolument-pas-manquer ». Nous prenons le bon métro et arrivons au lieu dit. Nous nous dirigeons vers le guichet mais un employé nous montre une pancarte qui nous avait échappé : « VIP » ici, c’est pour les gens qui ont réservé par Internet. Nous longeons donc la file d’attente et un bon cent mètres plus loin, nous prenons place dans la foule. L’heure et demie d’attente est ponctuée par une jolie averse printanière nous rappelant qu’ici, il ne faudrait jamais sortir sans pépin.

Arrivés à l’intérieur du bâtiment, une heure de file est encore nécessaire pour entrer dans le musée proprement dit, après avoir passé à la caisse où nous recevons sans broncher notre premier coup d’assommoir ! A ce train-là, les vacances seront réduites de moitié !

La foule est à l’intérieur, aussi dense qu’à l’extérieur ! C’est acrobatique de réussir un cliché sans immortaliser un inconnu avec ! De plus, la collection n’est pas vraiment à la hauteur de ce qu’on en attendait. A dire vrai c’est un peu kitch.

La journée se termine par un spectacle (nouveau coup d’assommoir). Il est très beau, dommage qu’on soit au fond et que les colonnes nous empêchent de voir toute la scène. De retour à l’hôtel on songe en s’endormant, tout vibrant du passage du métro : « comme c’est bon d’être en vacances ! »

texte écrit en 2009 par Delphine Messadi-Degiez et publié exclusivement sur ce site.

À propos de l’Auteure

Delphine croit en l’amitié et aux valeurs sincères, elle adore la Nature, les animaux et les sorcières, se passionne pour l’Histoire et toutes les bonnes histoires. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog

Dans la même catégorie…

Mémoires de Pipo

Mémoires de Pipo

Bonjour. Je m’appelais Pipo. Enfin, c’étaient plutôt « mes humains » qui m’appelaient...